Recherche

Le programme de recherche de TSAS est regroupé autour de trois domaines thématiques principaux :

  • Radicalisation terroriste explorer le processus de base de la radicalisation menant à la violence, particulièrement concernant les nouveaux défis posés par le terrorisme endogène.
  •  Sociétéles questions de sécurité et de communauté – comprendre les communautés d’où émergent les terroristes, l’impact des tactiques terroristes sur les communautés et leur ténacité face à ces tactiques.

Psychedelic Tunnel at DTW
TSAS a été créé en raison du besoin pressant de développer une meilleure compréhension des causes, de la nature et des conséquences du terrorisme endogène. L’objectif de TSAS est d’explorer : i) les processus de la radicalisation terroriste, ii) la réponse an matière de sécurité et iii) les développements pertinents au sein des communautés affectées et de la société civile. Nous étudions chacune de ces questions en détail, mais aussi, point important, les façons dont elles sont reliées. Ceci est une nouvelle approche pour le savoir canadien, car jusqu’à maintenant, les chercheurs avaient tendance à se concentrer sur un seul de ces domaines de préoccupation. TSAS vise à faciliter le dialogue entre les chercheurs et les responsables politiques concernant les processus qui relient terrorisme, sécurité et société.

Radicalisation terroriste :

Comme le montrent les évènements récents (p. ex. l’attentat à la bombe contre le vol 182 d’Air India, l’affaire des « 18 de Toronto », les deux jeunes hommes canadiens qui se sont radicalisés et qui sont morts dans l’attaque terroriste de l’usine à gaz d’In Amenas en Algérie), le Canada n’est malheureusement pas exempt de la menace posée par la radicalisation endogène menant au terrorisme ou au problème des combattants étrangers. La menace est troublante, non seulement en raison des atteintes à la vie, à la propriété et aux libertés de la personne, mais aussi en lien à notre perception collective du Canada comme société sûre, harmonieuse et multiculturelle. Le spectre du terrorisme dit endogène soulève avec force la question du « pourquoi ». Pourquoi des citoyens de nos propres pays se retourneraient-ils contre nous avec une volonté et une force aussi meurtrières? Pourquoi des Canadiens voudraient-ils voyager aussi loin pour se battre et mourir dans des groupes terroristes? De telles attaques symboliques et réelles contre les valeurs et les institutions mêmes d’une société, par les citoyens de cette société, constituent un développement étrange et troublant.

Depuis les évènements tragiques du 11 septembre 2001, la recherche sur le terrorisme, et le processus de radicalisation par lequel des gens deviennent des terroristes se sont développés de façon exponentielle. Nous avons beaucoup appris et divers modèles du processus de radicalisation ont été conçus. Il existe cependant un consensus croissant voulant que l’acquisition de connaissances fiables ait été handicapée par plusieurs problèmes corrélés, incluant : (i) le manque de données primaires appropriées, (ii) la difficulté de faire face à l’hétérogénéité des types de terrorisme, (iii) la difficulté d’expliquer pourquoi aussi peu de gens se tournent vers le terrorisme alors que beaucoup de personnes partagent les expériences associées à son apparition, et (iv) les désaccords quant à la nature, à l’importance relative et aux implications des motivations politiques, religieuses et autres du terrorisme. Le TSAS cherche à encourager, à guider et à appuyer une recherche canadienne originale sur l’activité terroriste, en particulier en ce qui concerne le processus de radicalisation menant à la violence. Ceci permettrait d’aborder et d’aider à surmonter les limites de la recherche et à établir les bases d’une réponse canadienne plus rationnelle et efficace face au terrorisme et à ses conséquences. À cette fin, nous prônons une approche plus sophistiquée, complète, multidisciplinaire et comparative, une approche pouvant mieux utiliser, développer et intégrer les résultats plus larges d’études sociologiques, criminologiques, sociopsychologiques, psychologiques, historiques et religieuses. Nous appuyons aussi des recherches qui tiennent compte des besoins et objectifs des politiques du gouvernement canadien.

Réponses en matière de sécurité

Il existe une vaste gamme de réponses politiques au terrorisme, allant des mesures traditionnelles de maintien de l’ordre aux interventions militaires, en passant par la création de lois et de mesures de sécurité plus sévères, et par la sensibilisation des communautés et des programmes de déradicalisation. Cependant, peu de ces initiatives ont été systématiquement évaluées, et le peu de données obtenues ne sont pas probantes. Certains efforts semblent donner lieu à des baisses d’incidents terroristes, mais dans plusieurs cas, l’impact semble être minime ou même contre-productif, renforçant, dans les faits, la cohésion des groupes terroristes, ou même endommageant les relations avec certaines communautés. La nature, le fonctionnement et l’efficacité des réponses à la menace terroriste doivent être analysés plus rigoureusement, avec l’accent mis sur le contexte particulier du Canada.

Les politiques de contre-terrorisme doivent tenir compte des preuves scientifiques, des succès et des échecs passés au Canada et à l’étranger, de même que de la complexité et de la variété des façons dont peuvent se produire la radicalisation terroriste et la violence. En même temps, les réponses en matière de sécurité échoueront si elles ne tiennent pas compte de l’impact qu’elles peuvent avoir sur les communautés. Il est urgent de savoir si les ressources investies et la nature de la réponse actuelle correspondent au niveau et à la nature de la menace. À quoi ressemble une réponse cohérente de sécurité face à la menace de radicalisation terroriste? La question semble simple lorsqu’elle est posée ainsi, mais elle est fondamentale pour le domaine de recherche. Pour y répondre, cela nécessite de combiner les efforts de divers chercheurs au moyen de méthodologies variées dans plusieurs disciplines académiques. TSAS se propose d’être le point de convergence des efforts qui n’étaient auparavant pas coordonnés.

Société : les questions de sécurité et la communauté

La démographie du Canada change rapidement, en raison d’une  baisse de la natalité, du vieillissement, et bien sûr d’un important programme d’immigration qui augmente la diversité ethnoculturelle du pays. Statistique Canada nous informe qu’environ 30 pour cent de la population canadienne s’identifiera comme minorité visible en 2031, et le degré de diversité religieuse sera aussi profond. Il y a également plus de résidents temporaires au Canada que jamais auparavant, et cette tendance est peu susceptible de changer. Au Royaume-Uni, le terme « superdiversité » a été introduit pour aider à comprendre la diversification croissante de la société, et le terme s’applique également aux grandes villes du Canada. Les chercheurs canadiens ont documenté et exploré ces changements et leurs implications concernant un grand nombre de problèmes sociaux. Plusieurs tendances inquiétantes ont été découvertes, en particulier la marginalisation socioéconomique de certains groupes, la possible mobilité intergénérationnelle descendante, et la croissance de sous-cultures criminelles/criminalisées chez les jeunes.

Malheureusement, la plupart de ces travaux ont été menés sans discussion approfondie avec des chercheurs spécialisés dans le terrorisme et les problèmes de sécurité. De plus, la plupart des experts en sécurité et en terrorisme ne possèdent pas une compréhension suffisante de la vie dans les communautés desquelles émergent les extrémistes. TSAS offre une plateforme pour ce type de conversation. Plusieurs thèmes animent la recherche dans le domaine général « Société » de TSAS, en particulier : la relation entre le milieu socioéconomique des groupes minoritaires et la radicalisation des éléments de ces communautés; l’importation de conflits ethnoreligieux, nationalistes et autres au Canada; les approches pour bâtir des relations collaboratives avec les communautés ethnoculturelles et religieuses pertinentes pour améliorer la sécurité; les conséquences de la sécuritisation pour les communautés minoritaires; et le potentiel d’extrémisme de droite motivé par des sentiments anti-immigrants et racistes.

Post Comment

You must be logged in to post a comment.