Projects PCSS

Recherche collaborative pour contrer la violence extrémiste

Le Canadian Network for Research on Terrorism, Security and Society a développé trois projets de recherche collaboratifs interreliés qui fourniront des connaissances cruciales pour la sécurité nationale du Canada. Les projets se concentreront sur :

  1. Un examen approfondi du processus de radicalisation;
  2. L’émergence de l’extrémisme violent dans les forums en ligne;
  3. L’émergence des menaces à la sécurité au Canada.

Les trois projets collaboratifs seront menés par un groupe de chercheurs hautement respectés qui travailleront en étroite collaboration avec des responsables politiques : Lorne Dawson (sociologie, Waterloo) sur le processus de radicalisation; Martin Bouchard (criminologie, SFU) sur l’internet et l’extrémisme violent; et Jez Littlewood (affaires internationales, Carleton) sur les menaces terroristes futures. Chaque équipe inclura un chercheur en chef, un responsable politique avec une expérience de recherche et des étudiants de cycle supérieur. Ces équipes concevront des projets qui combleront une lacune dans les connaissances politiques. Nous croyons que ces projets favoriseront une culture de partenariat politique-recherche et que l’inclusion de responsables politiques facilitera le transfert des connaissances.

Explorer les dimensions légales et sociales de la radicalisation
Un atelier a été tenu le 3 décembre 2014 à Ottawa, auquel ont assisté des chercheurs affiliés au TSAS de même que des représentants de sept ministères et agences du gouvernement du Canada. Cet atelier d’un jour a examiné les dimensions légales et sociales de la radicalisation à la violence. Les deux premières séances ont été conçues pour appuyer deux nouveaux projets de recherche TSAS sur la lutte contre la violence extrémiste, financés par le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) : 1) la tendance émergente des « combattants étrangers » et 2) le rôle des forums en ligne dans le processus de radicalisation. En plus de ces deux sujets, le nouveau programme « La lutte contre l’extrémisme violent » de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a été présenté.

La présentation de Craig Forcese est disponible ici.

Cliquez ici pour un résumé de l’atelier.

Les projets sont les suivants :

  1. Évaluation empirique de la vie de terroristes canadiens (chef académique : Lorne Dawson; partenaires gouvernementaux : Sécurité publique Canada). Ce projet est conçu pour étudier intensivement la vie d’un échantillon sélectionné de terroristes canadiens, par l’entremise d’entrevues détaillées, pour : augmenter notre base de renseignements; examiner les faits saillants de la vie conditionnant la trajectoire de radicalisation; étudier la relation entre les croyances et le comportement; acquérir une conception plus raffinée de leurs perceptions; et tester les théories existantes de la radicalisation. À la lumière des récentes préoccupations internationales concernant l’émergence du « problème des combattants étrangers », principalement associé aux insurrections en Syrie et en Irak, la recherche se concentrera d’abord sur la vie et les expériences de Canadiens ayant décidé de voyager vers des zones de conflit à l’étranger.
  2. L’émergence de l’extrémisme violent dans les forums en ligne (chef académique : Martin Bouchard; partenaire gouvernemental : GRC). Internet fournit plusieurs occasions pour des extrémistes violents d’interagir et de recruter des individus vulnérables aux causes extrémistes. Ce projet examinera l’extrémisme violent dans deux forums en ligne. Le contenu et les données de réseau seront recueillis à l’aide d’un outil d’exploration du web conçu et utilisé dans des recherches antérieures sur internet et identifieront les réseaux sociaux des extrémistes violents utilisant ces forums.
  3. L’avenir du terrorisme (2015-25) (chef académique : Jez Littlewood; partenaire gouvernemental : SCRS). Ce projet se concentrera sur des technologies émergentes exploitées par les groupes terroristes, et considérera les facteurs les plus susceptibles de générer la prochaine « vague » de terrorisme (en considérant que la vague actuelle, la quatrième, est associée aux idéologies religieuses). Afin de faire ces extrapolations, des données seront assemblées à partir d’examens de la documentation, d’entrevues d’experts, et du Global Terrorism Database.

Cette composante des activités de recherche du TSAS a été financée par le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS), mené par Recherche et développement pour la défense Canada.

Post Comment

You must be logged in to post a comment.